le capitaine a navigué

Voix I
Le Capitaine a navigué de fables en légendes.

Voix II
De rêves en déserts

Capitaine
Le Capitaine s’est échouée

Voix II
Sur quelques côtes

Voix I
Sur quelques livres

Voix II
Murmures sans fin

Voix I
Désillusion ?

Voix I
Je ne sais pas. Je sais seulement que parfois…

Voix II
Oui parfois. Mais de lui.

Capitaine
Il de lui

Voix II
N’attend rien

Voix I
Trop vraie. Si libre.


Type de document : minutes des mémoires absolues

Auteur fictif : Les Greffiers

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

le complexe du Cimmérien

Les historiens et les ethnologues pensent que l’identité cimmérienne est un mythe. Les psychiatres ont d’ailleurs défini le Complexe du Cimmérien.

Le mythe du Cimmérien offrirait - selon eux - un fort potentiel d’identification à tous les exclus. Il circulerait à travers le monde véhiculé par l’impérialisme occidental.

Ainsi, il n'aurait pas existé de Cimmériens en Amérique avant l'arrivée de Christophe Colomb. Mais, à l’instant même où le premier conquistador a posé son regard sur les indiens, il aurait inconsciemment cherché et trouvé un Cimmérien. Celui-ci, emporté par la force psychique du mythe et par la puissance du désir informulé de l’autre se serait approprié – comme par obéissance et aliénation - cette nouvelle identité.

Dès que le processus d’identification est opéré, le nouveau Cimmérien réécrirait toute son histoire personnelle et celle de ses ancêtres.

Il est toujours possible de réinterpréter les événements et les souvenirs de sa vie pour les faire entrer dans le mythe cimmérien.

Mais les historiens, les ethnologues et les psychiatres ne croient pas au Récit et ils feignent d'ignorer que les Mayas - bien avant l'arrivée de Christophe Colomb - maîtrisaient l'art des nœuds de tapis.


Type de document : DJ's classes : études cimmériennes

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.