le marin de Gibraltar

"Pour une fois", me suis-je dit, "pour une fois, tu devrais trouver dans cette rencontre de l'abîme, dans cette presque abysse, dans ce libre faux prétexte au voyage et à l'amour, des motivations qui te ressemblent." Et j'ai guetté vaillamment chaque sursaut de phrase et de paragraphe. Mais non. Toujours rien en vue. Pas de terre de connivence entre les passagers du 36 mètres et moi : même dans la quête du Marin de Gibraltar, je ne me reconnais pas. Ah! Mme Duras … pourquoi tant de distance entre vos perspectives et les miennes ? Je vous aime tellement, pourtant."

A Marguerite Duras


Type de document : correspondances

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

Les officiels du XIU

Les Officiels du XIU regroupent les notes internes qui sont parfois confidentielles et les publications officielles publiques dirigées à tous, Voyageurs et non Voyageurs.

Le Journal officiel, les codes et les encyclopédies sont anonymes.

Les Notes Internes peuvent émaner de Sgarideni Colbert Valérian, Nekao ou être anonymes.

Journal officiel
Journal édité par le XIU à l'attention du grand public pour le tenir informé des lois, jugements et positions officielles à respecter et pour l'informer. Ce journal comporte des rubriques de vie citoyenne ainsi que des "instantanés", des moments de vie quotidiennes retranscrits par les journalistes.

Notes Internes
Notes internes confidentielles ou non confidentielles, entre membres du XIU Voyageurs et/ou non Voyageurs inclut des notes de l’Ordre et de la Castalie

Codes
Codes officiels du XIU relatifs aux droits d’auteur, à l’usage de la langue, à la création, aux Arts et aux Métiers, à l’utilisation du cyberespace etc.

Encyclopédies
Les Encyclopédies transmettent les théories officielles du XIU. Elles s’adressent à la population et ne mentionnent jamais le voyage. Elles préparent l’idée de la Grande Migration.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.