où nous les entendons

Voix II
Et un jour il l'ont emmenée. L'ont happée. L'ont emportée. Ne pouvait pas résister. Son corps, je veux dire. Elle a dû en extraire la sève, la puissance, la volonté. Se retirer. Lui laissait-on le choix ? Plus loin que sa peau, que ses tripes, que son sang. Elle devait glisser. C'était une nécessité. Aller ailleurs. Au plus intime. Là où personne ne la retrouverait.

Voix I
Pourtant je crois …

Voix II
Oui.

Voix I
N'est-ce pas là précisément qu'elles se parlent ?

Voix II
Que nous les entendons.


Type de document : chants du chœur

Auteur fictif : Voix I & Voix II

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

veste bleu marine

Châtelet. Ligne 14. Météor. Il portait une veste de marin bleu marine avec des ancres rouges sur le revers du col. Il était beau. Il ressemblait à ce que Loula m'avait dit de P'tit Gars. Il me faisait penser à ces aventuriers du grand large qui parcourent les films des années 50. Orson Welles, oui voilà, Orson Welles dans "The lady from Shangai", exactement.

Pourquoi m'a-t-il plus effrayée que séduite en ce bref instant où nous nous sommes croisés, quand j'entrais dans la rame et qu'il attendait sur le quai ?

Peut-être à cause de Loula et de P'tit Gars justement. Peut-être à cause du quai. Je me méfie des quais. Des hommes sur les quais. Des "qui sait" et des "plus jamais". Des coups de foudre et des coups de trop. Des regrets truffés de promesses.

De toutes les façons, il ne m'a ni souri ni regardé. Et moi, je n'ai vu que ses ancres rouges sur la laine bleu foncé.


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : 1

.