le violon du gitan

Avez-vous vu le violon du gitan ? Plus vieux que lui. Vivant. Scintillant dans son bois déverni, grandiose sous le port courbé, voûté, enroulé, de son dos. Le sosie d'Aznavour.

Il joue comme d'autres nouent leurs lacets. Dans la rame du métro. Forcément.

S'il vous plaît, ne le prenez pas en photo. Son image ne vous appartient pas. Seul son souvenir. Seul le présent de sa musique.


Type de document : streetchroniques

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

le récit se fragmente

Le récit variable se fragmente, se combine et s’anime en fonction du choix de son usager / lecteur.

Le sens y est restitué par le lien entre les textes, par leur juxtaposition et par le parcours unique du lecteur au sein du récit.

Simple d'usage, un récit variable conserve la narration et maintient les mécanismes essentiels d'identification. C'est un espace textuel voué à la transformation et à l'expansion.

Le récit variable peut être lu de quatre manières différentes : linéaire, multilinéaire, aléatoire et combinatoire (réseau).


Type de document : DJ's classes : récits variables

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.