le 10 septembre 2001

Le 10 septembre

Loula se décide enfin.
Après vingt-cinq ans d’errance
Elle se dirige
A l’adresse
Où il ne l’a jamais invitée.

Elle regarde fixement le quai.

Elle a trouvé
- oui -
Ici
Il habite ici

Dans une vraie maison de paille.
Une chaumière
Près de la Seine
Avec une cheminée -
Tiens la cheminée fume, c’est étrange.

10 mètres plus loin
Par terre
Un homme dort
Elle est encore plus maigre que lui
Plus sale
Plus déchirée.

Ses yeux sont secs et son cœur
Ressemble à un terre-neuve
Qui ploie
Sous la vague fureur du réel.

Lui
Dont elle n’a connu que le reflet
Lui
Avec qui elle avait effleuré le plus infime de l’intime
Ce charme
Dont elle aurait dû se méfier
Avait un corps - un vrai
Une vie - une vraie

Et pendant qu’elle le croyait libre
Il n’était que fraude
Et pendant qu’elle le croyait mystère
Il n’était qu’erreur
Et pendant qu’elle le croyait rare
Il n’était que surface
Et pendant qu’elle le croyait joint
Il n’était que retrait.

Ils ne s’étaient rien promis
Rappelez-vous
Ils ne s’étaient jamais donné rendez-vous
Ils se laissaient bercer
Par les nuées bleues et bruissantes
De l’eau au firmament -
Twilight si léger ;

Mais quand on attend
Le douzième coup du hasard
Quand on a cette force et ce courage
On doit être aussi nue
Qu’une viscère disséquée
Par le scapel dédaigneux
D’un médecin légiste

Et quand on laisse attendre
Le douzième coup du hasard,
Quand on a cette arrogance et cette audace
On doit être aussi étranger au mensonge
Qu’un guerrier indien sondé
Par les épreuves sacrées
D’une vision quest.

Mais il vit ici P’tit Gars
Dans un foyer du bord de l’eau
Depuis toujours.

Et cet enfant qui se gratte les fesses
N’est pas son neveu
Et cette femme si diaphane
N’est pas sa sœur
Et ces clés de voiture
- une voiture P’tit Gars ? –
Ces clés en métal sur la table en bois
Ne sont pas celles du voisin
Il n’a pas de voisin.

Et
Quand
- en déposant un baiser dans le creux conjugal
Là où la nuque rejoint l’épaule -
Il lève les yeux
Ces yeux qui n’ont pas de bord
Ses yeux océan
Ces yeux qui n’auraient jamais dû pouvoir trahir –

Je
Me dissous
Dans mon caractère d’encre numérique
Et je
Deviens un signe
- évidemment -
Et je rejoins le réseau
Où enfin
Je pourrai tout sentir
Tout voir
Tout dire
- parcours –
Où enfin
On ne pourra plus me leurrer.

Le 10 septembre
P’tit Gars regarde par la fenêtre
Et il croit voir son rêve
- fugacement -
"Non.
C’est une erreur
Un contre jour
Une ombre chinoise".

La joie Loula a disparu.
Il ne la verra plus.

Peut-être que le monde est mort
A l’instant même
Quand
Elle a basculé dans une autre lumière
Qui ressemble assez bien
A celle d’autrefois.


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Griotte

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Référence : Parenthèse, Guillevic

Commentaires : aucun

Textes satellites : 1

sortants

> changer les liens

Récit In/Off

Vous avez activé les textes du récit Off. Ils apparaîtront dans les listes de choix des différents modes de lecture et pourront être tirés au hasard dans la lecture en réseau.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.