Maison du Peuple

Tous les jours, je discute avec des gens du quartier qui ont besoin de savoir ce qui se passe dans le quartier. Qui sont anxieux.

Je les écoute et je leur dis :
"Venez aux Conseils de Quartiers, parce que les Conseils de Quartiers sont ouverts à tout le monde !"
"Oui, oui, je vais venir, etc., etc."

Et je les attends toujours ! Pourquoi ?

Parce qu'on a un problème beaucoup plus grave : un problème de démocratie.

Franchir le seuil de la Mairie, de la Maison du Peuple, pour eux, c'est une chose difficile.


Type de document : XIU : notes internes

Auteur fictif : Colbert Valérian

Auteur réel : anonyme

Provenance du texte : Printemps de la Démocratie

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

je suis le chantre

Je suis le chantre et je raconte :

Voici l’odyssée d’une femme qui connaît les sirènes et qui connaît le silence, qui navigue – fluide - d’un nœud à l’autre, créant par ses déplacements de nouveaux ports et de nouveaux royaumes, curieuse de son parcours en-dehors de l’espace.

Je suis le chantre et je raconte :

Voici l’odyssée d’une femme qui aime la ville et qui aime un homme, qui navigue - fluide – d’un signe à l’autre, créant par ses errances de nouvelles synchronicités et de nouveaux miracles, maîtresse de l’illusion en-dehors du figé.

Je suis le chantre et je te raconte :

Voici ton odyssée, toi qui traques le sens et qui traques le jeu, toi qui navigues – fluide – d’un texte à l’autre, créant par tes choix des routes insoupçonnées et innombrables, en quête de l’altérité.

Je suis le chantre et je vous raconte :

Voici l’odyssée d’une cité qui s’élance depuis la terre et qui s’élance depuis les mots, qui se montre – fluide – d’un récit à l’autre, d’un pas à l’autre, d’un regard à l’autre, d’un désir à l’autre, cadre absolu de pierre, de papier et de chiffres.

Je suis le chantre et je t’annonce :
Je ne suis personne, seule existe ma trace sur le papier. Tu m’y rencontres et tu m’y crées.

Je suis le chantre et je t’annonce :
Je ne suis personne, seul existe mon sillon sur l’écran, tu m’y façonnes et tu m’y perds, éphémère.


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Loula-Ludivine

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.