une rage

J’ai déposé Sgarideni à l’embouchure du Fleuve Léthé. Je n’irai pas plus loin. Une seule goutte de cette eau, et l’oubli saisira mon équipage. Je ne comprends pas ce qui pousse cet homme à entrer dans les Terres de l’Oubli.

Il dit ne rien risquer…

Sans doute porte-t-il un de ces implants cérébraux que l’Ordre des Joueurs a développé pour voyager en toute liberté et en toute sécurité. Mais un artefact humain pourra-t-il jamais contrer totalement toutes les facettes d’un des cours d'eau les plus puissants du Monde des Rêves et des Cauchemars.

Il ne peut l’ignorer. Il ne peut croire aussi aveuglément à la Science des Vortex, à l’Œuvre. Personne ne peut croire aussi aveuglément à l’infaillibilité des implants face à l’instabilité trop connue des lois kimériennes.

Une rage le pousse. Une rage plus forte que la Fidélité à l’Ordre. Plus forte que cette carte qu’il dit chercher dans la Zone Climatique des Rois.

Mais que m’importe, je n’ai pas à savoir quoi et je ne veux pas le savoir : je dois avant tout préserver mon navire, ma cargaison, mes hommes, mes femmes et mes chimères. Et cet homme-là ne m’intéresse pas.


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : Cassiopée des Halles

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : CL

Commentaires : 1

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

année après année

< lui >

année après année
< exhalait > de moins en moins de traces dans la ville
année après année
< amputait > leurs retrouvailles

< avait été > le maître de cet ailleurs
< en devenait > un voyageur
un visiteur
un absent

[par lui]

<< avait appris >>
les cartes de ces terres
sans temps ni froid ni faim

<< elle >>

<< avait été >> l’étrangère
<< en devenait >> la gardienne
la solitaire
la guetteuse

[pour lui]

<< sortait >> de ses refuges
<< vagababondait >>

en promenade chaque soir
<< se montrait >>
<< questionnait >>

Soliloques estropiés
Sur les observatoires du ciel ou des enfers
Sur les pavés
Dans les souterrains ramifiés

<< revenait >> avec la nuit
parfois
avec le jour
quand
une élude - un rapprochement
rarement

Oui dehors
Eux - leurs yeux - leurs oreilles
Esquivaient - résorbaient
Ses stases - ses stances

oui ainsi - oui soudain
elle vit – elle sut
* le monde existait
* << n’était>> pas comme eux << elle >>
* < avait migré > < lui >
estivage ? non. Conversion

La souffrance fut comme du sang noir
qui monte sans fatigue dans les veines.

Une lèpre du cœur.

Ultime retour au Réel.


Type de document : vers

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Référence : Marguerite Duras. India song.

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.