plus jamais

J'ai fait un discours aujourd'hui, un discours que je ne pourrai plus jamais refaire.

C'est une douleur affreuse.

J'aurais aimé garder les mots. Mais non.

Je ne pourrai plus jamais les reproduire, les construire, de la même manière.

C'est comme si vous aviez eu - à un moment donné dans vos randonnées, dans vos voyages - une espèce de vision qui vous aurait subjugué et dont vous auriez su qu'elle était unique.

Mais comme on se trompe tout le temps - sur les gens, sur la vie, sur nous-même - c'est sur le moment seulement qu'on pense qu'elle est unique. Mais, elle ne l'est pas vraiment ...


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Le Troubadour

Auteur réel : Ben

Provenance du texte : Printemps de la Démocratie

Commentaires : 1

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

en train de le lire

Le bréviaire méditerranéen, il suffit d’être en train de le lire.
Ne jamais achever la lecture. La laisser dans un présent progressif. La reprendre inlassablement, la défaire et la refaire, comme s’il était inutile d’aller lire ailleurs. Comme une fidélité amoureuse.
[Je l’avoue : si, quand j’écris, mon nom est "personne" ; quand je lis, mon nom est "Pénélope". Je garde ainsi ma fidélité exclusivement ou presque à une épopée : ‘la espada encendida’ de neruda. Le bréviaire méditerranéen est une liaison secondaire [un adultère], liaison sérieuse certes mais pas assez pour mettre en péril mon attachement profond à ‘l’épée incandescente’, conte de la fin du monde et du début des temps, hymne à la métamorphose de la bête pour la belle devant l’irrémédiable nécessité de rebâtir l’humanité].


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.