on pourrait imaginer

On pourrait imaginer qu’ils se sont parlés, qu’ils ont joué, qu’ils ont ri. On pourrait croire que tout de suite ils ont eu envie de se prendre par la main et d’oser un baiser doux et gentil. On pourrait penser qu’ils se sont dit leur nom. Que Loula, Ludivine, Coquine a montré sa collection d’objets égarés et que P’tit Gars a révélé son album de clichés rétiniens.

Mais d’habitude, quand on imagine, on croit et on pense, on se trompe. On ferait mieux d’attendre d’être informé. Et encore ! Par des sources multiples, autonomes et fiables.

Alors ! ? S’est-on seulement renseigné sur la crédibilité et le sérieux de ce chantre qui a la prétention de rapporter une histoire ? Qui est-il en réalité ? Que sait-on exactement de lui ?

Il prétend être une femme mais ! Ce ne sont pas quelques petits accords au féminin qui suffisent à constituer une preuve et à bâtir une certitude ! Surtout pas en matière de fiction !

Rien ne certifie, qu’en fait, il ne s’agisse pas d’un "drague couines" littéraire, d’un travesti des papiers, d’un fraudeur de genre. Bien au contraire ! Le substantif "chantre" appartenant à la catégorie des noms communs masculins, ceux qui l’endossent deviennent raisonnablement, logiquement et forcément des hommes.

[décret n°4732 alinéa 52 du code civil des "on dit" de la 5ème république littéraire bananière].


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Griot Farceur

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

traditions de streetforce

1. Le but premier de streetForce est de garantir le libre passage entre les 3 Espaces.

2. Le retour au Réel est la base éthique de nos traditions, nous rappelant toujours que le Jeu enrichit la vie réelle.

3. La seule condition pour devenir DJ est le désir de voyager sans artifice technologique.

4. En matière de croyance, chaque DJ doit faire ses choix.

5. Il n'existe aucune autorité ultime au sein de streetForce.

6. Chaque unité est autonome sauf lorsque son action touche d'autres unités ou streetForce dans son ensemble.

7. StreetForce devrait toujours rester non professionnel : être DJ n'est pas un métier.

8. StreetForce ne devrait jamais être organisé, cependant nous pouvons constituer des comités de joueurs directement responsables envers l'ensemble des DJ.

9. Le nom de streetForce ne doit jamais être mêlé à des controverses étrangères au Voyage.

10. La seule référence pour toutes les décisions de streetForce est le Sens du Voyage.


Type de document : streetForce : notes internes

Auteur fictif : Anonyme

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.