dans l'tracteur

Alors que les voitures criaient, alors que les policiers chantaient, alors que les éléphants trompaient, je me trouvais sur le tracteur. Tout tournait autour de moi.

J'étais entre la porte fermée et le conducteur, écrasé par sa masse.

Le tracteur tremblait, et j'étais obligé de m'accroupir pour que ma tête ne se cogne pas contre le toît.

Nous descendions l'avenue Jean Jaurès.
Le conducteur me cria : "T'as peur dans l'tracteur !"


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : P'tit Gars

Auteur réel : Perle de Lait

Provenance du texte : Printemps de la Démocratie

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

pomme et café

Le modèle d’un topos crée son identité. C’est par son modèle que le topos atteint la singularité. Le modèle est à la fois le genre et le style, le ton et le sujet.

Pour chaque topos sont ainsi définis — en fonction de ses usages et objectifs — des attributs, des catégories, des thèmes, des règles, des types de documents, des dispositios, etc.

Dans le topos 3 ESPACES du Capitaine L., deux thèmes semblent dénoter avec l’ensemble du réseau thématique : le café et les pommes.

Pourquoi ces deux thèmes qui ne sont en lien ni avec Paris ni avec les Nouvelles Technologies, axes principaux de l’argument ?

La première réponse, la plus simple, serait de dire : parce que.

Parce que dans cette insensé-là se crée la singularité et l’identité. Puis vient une seconde réponse, que je ne vous livrerai pas mais que vous chercherez et dont voici un indice : parce que le café et les pommes renvoient à une problématique souterraine du topos 3 ESPACES, une problématique incarnée par Loula le Chantre dont le Capitaine retrace les mésaventures et les exploits dans la section Rhapsodie de son récit variable imprimé clandestin, L’ODYSSÉE DES 3 ESPACES.


Type de document : DJ's classes : récits variables

Auteur fictif : Arte Miss

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : CL

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.