maîtres habiles

- Je m’étais arrêté où la dernière fois ?
- Aux maîtres habiles
- Oui mais c’était quel poème ?
- Le 15

- Tu crois que c’est déjà l’été ?
- On dirait .
- Et c’est quel mois à ton avis ?
- Juillet

- Regarde, je suis cap de te dire en un seul coup d’œil combien y’a de grains dans cette tasse.
- Combien ?
- 1976
- Et maintenant ? T’imagines quand même pas que je vais les compter pour voir si t’as dit vrai !


Type de document : minutes des mémoires absolues

Auteur fictif : Les Greffiers

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

Pierre dit P’tit Gars

Enfant, Pierre faisait de drôles de rêves qui duraient très longtemps. Il voyageait dans un univers parallèle, un Paris imaginaire, et il y retrouvait Loula. Loula, louna. Lou la Divine. Et puis les rêves se sont arrêtés. Il a appris un métier, il s'est marié, il a eu un enfant.

Pourtant, de temps en temps, comme à fleur de regard ou de peau, il a l’impression de sentir qu’il existe autre chose et que Loula est là. Près de lui.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.