soif

Nous marchions vers un but, mais nous n’avions pas le loisir de demander lequel ; nous savions seulement que, si nous le manquions, nous étions perdus.

Le désert était imposant et mélancolique ; il semblait vivre et palpiter, et fumer jusque dans ses entrailles. La transition avait été rapide et singulière ; ce n’était plus l’oasis de la veille, le repos au pied des palmiers, le sommeil rafraîchi par le bruit murmurant de la fontaine ; c’était le sable enflammé, c’étaient les secousses du rude dromadaire, la soif dévorante, inhumaine, insensée ; la soif qui fait bouillir le sang, fascine les yeux, et montre au malheureux qu’elle brûle des lacs, des îles, des arbres, des fontaines, de l’ombre et de l’eau.

Je ne sais s’il en était des autres comme de moi ; mais j’étais en proie à une véritable folie, à un rêve, à un délire sans fin, qui se ployait à tous les dévergondages de mon imagination.

Zone Climatique des Rois I — jour 30



Type de document : journaux de bord

Auteur fictif : Sgarideni

Auteur réel : Alexandre Dumas

Provenance du texte : Remix

Référence : Quinze jours au Sinaï. 1839

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

L'intérieur des Signes

L’Intérieur des Signes aussi appelé l’intérieur du langage est le lieu de la dissolution suprême, de l’affinement le plus infime de la conscience jusqu’à l’origine de la perception et de la compréhension.

C’est là que Loula se dissout le plus totalement et qu’elle devient le langage lui-même.

L’intérieur du signe nourrit la Mer des Chiffres.

Ce lieu appartient à Numer.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.