7 années

"Au XIè et au XIIè siècle, alors que l’édition de livres composés à la main ne cesse de croître, que la formation des scribes est des plus exigeantes (7 années sont nécessaires), que certains d'entre eux produisent de véritables merveilles, les artisans et les artistes de l'écriture ne jouissent d'aucune considération sociale et sont loin de gagner leur vie. Au point que les plus doués entrent parfois en religion simplement pour pouvoir exercer leur art à l'abri de tout souci matériel."


Type de document : notes et travaux

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

pas un soupir

Loula
J’ai une idée.

P’tit Gars
D’accord, j’adore ton idée !

Loula
Je ne te l’ai pas encore dite, tu ne sais même pas ce que c’est.

P’tit Gars
C’est pas grave parce que si c’est ton idée je suis sûr que je vais l’adorer.

Voix I
Loula devient toute rose.

P’tit Gars
Tu as les joues pivoines. J’adore quand tu as les joues pivoines.

Loula
Qu’est-ce qui te prend ? Tu as attrapé une maladie qui t’oblige à dire « j’adore » à chaque phrase ou quoi ?

P’tit Gars
J’adore ton nez quand tu commences à t’énerver.

Loula
Mais je ne m’énerve pas du tout. C’est même pas vrai.

P’tit Gars
Si, si. Je peux même apercevoir ces adorables picotements qui bougent tes narines.

Voix I
P’tit Gars chatouille le nez de Loula.

Loula
Laisse mon nez tranquille.

P’tit Gars
Tu adores ça, j’en suis sûr.

Voix I
Ils se bagarrent du bout des mains.

Loula
Oh ça va, j’ai compris. Tu joues à une espèce de jeu, là, avec tous tes j’adore dans tous les sens. Mais je te préviens tu joues tout seul.

P’tit Gars
Ok, ok, j’arrête. Bon, c’est quoi ton idée ?

Loula
On devrait aller à la Carte et rajouter ce qu’on a trouvé.

P’tit Gars
Tu te souviens de tous les noms ?

Loula
Je n’oublie jamais rien.

P’tit Gars
C’est vrai.

Loula
Pas un soupir, pas un haussement de sourcil, pas un visage.

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.