le grimoire

Il arriva qu’elle eut trente ans, ou plus, ou pas.
Et qu’elle suivit un pont étroit.
Marchant tout droit sur la passerelle.
Tenant serrée une menotte.
Et de retour sur la terre ferme,
elle reconnut une certaine porte.
Porte effacée, ensevelie.
Toute de broussailles et de poussière.

"Il faut l’ouvrir" entendit-elle.
"Il faut entrer, encore oser".

Elle s’arrêta au vestibule, les mains ballantes
- une projetée -
- tout aux abords des ans filtrés -
Elle tenait là, comme verticale, comme étendue, comme calfeutrée.

Quand tout à coup,
la petite fille
qui tout ce temps avait couru,
dégringolé, encore grimpé,
quand tout à coup,
la petite fille
vint à surprendre cette longue extase.

Car tout en bas d’une haute pile,
de boîtes, de cubes et de trophées,
numéro sept, le vieux carnet,
numéro sept, avait trouvé.

"Maman, maman, regarde ! Un grimoire ! Un livre pour la mémoire ..."


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Griotte

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

Ajouter à l'itinéraire

Pour enregistrer ce texte dans l'un de vos itinéraires, merci de vous identifier.

Si vous n'avez pas encore créé votre profil, cliquez ici.

Si vous avez perdu votre mot de passe, cliquez ici.

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.