le temps du voyage

Quand un voyageur bascule dans Kiméria, son corps disparaît de l'espace réel (Erel) .

La grande question est celle du temps de l'absence.

Le temps de Kiméria n'est pas celui d’Erel.

Il est possible de vivre une vie entière dans Kiméria et de revenir au monde réel à l'instant même de son départ. L'absence physique est alors si brève qu'un clignement d'œil la masque. La plupart des gens ont - en observant le voyageur - l'impression d'une lenteur, d'un retard.

Toutefois, une telle maîtrise du temps du voyage requiert un long apprentissage et une véritable aptitude. Seuls quelques grands initiés y parviennent.

Les voyageurs - Adeptes ou Nomades - qui n’ont pas suivi d’entraînement, ne contrôlent pas le ralentissement du temps : leur absence corporelle est proportionnelle à la durée de leur séjour dans Kiméria.

Le cas est particulièrement flagrant chez les enfants. Ils sont littéralement absorbés par l'autre côté et réapparaissent tout aussi curieusement qu'ils ont disparu, dans leur lit, à l’école, au parc ou dans la baignoire, parfois beaucoup plus âgés.

Certains d’entre eux ne reviennent jamais. On les appelle les enfants perdus. Les enfants perdus ne grandissent pas. Ils se transmutent dans la substance même des rêves.

Mais il existe également des Voyageurs de l'Enfance dont le corps ne se dématérialise pas. Seul leur esprit voyage. On parle alors de voyage astral .

Cette forme de voyage est peu fréquente chez les adultes. Elle cesse généralement après la puberté.

Signalons également quelques phénomènes rares (mais avérés) d'accélération temporelle : le séjour dans Kiméria paraît très bref au voyageur, mais le temps écoulé dans Erel a été très long. Quand le voyageur revient, il est chenu et le monde entier a changé. Il a perdu sa vie.


Type de document : DJ's classes : l'art du voyage

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

je crois au

Je crois au respect de soi et de l'autre, au bien commun, au service, à la perpétuelle transformation, au bonheur d’être mère, d’être fille et d’être compagne. Je crois aussi à la nécessité impérieuse d’ensolitude contemplative et d’ensolitude créative. Pour moi, la liberté et la satisfaction absolues seraient de vivre simultanément toutes ces qualités.

En d'autres temps peut-être. D'autres espaces. Qui sait, une autre vie.

Pour aujourd'hui, je suis Capitaine et je cherche le Gardien.
Pour aujourd'hui, je suis Capitaine et j'ai des cours, des DJ's, des potlatchs.

"Moi si j'étais un homme, je serais Capitaine". C'est une chanson...
Vous ne pouvez pas la connaître.

Parfois je la chante pour me souvenir que j'ai choisi ce destin. Parfois. Quand l'envie me prend d'emporter ma fille dans un vortex pour venir me réfugier en Kiméria loin du temps et de la réalité.

Mais, si mes "ancêtres" [vous le savez, la notion d'ancêtres est "insensée" chez les cimmériens, nous sommes notre propre ancêtre] ont quitté la Terre des Rêves pour s'incarner, ce n'est pas pour que je fasse le chemin inverse et que je retourne me fondre dans l'onirique pour l'éternité.

Au Dottore Pi


Type de document : correspondances

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : 1

.

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.