Fatou la Griotte

J’arrive dans un village :

" Votre attention, s’il vous plait !
Je suis la Griotte.
Je suis là parmi vous
Pour vous rendre heureux,
Frères et sœurs."

Je prends mon tam-tam et puis je me mets à chanter.
Tout le village s’épanouit par ma belle voix. Je m’installe parmi eux. On se met à discuter.
Soudain, une petite fille m’apprend une nouvelle : ils vont célébrer le mariage de sa sœur.

Je lui réponds :

"Ah bon ! Et où ? "
"Tout là-bas derrière le château du Roi."

La nuit tombe. Je m’endors aussitôt en rêvant de demain et du mariage.
Le lendemain matin, je sens l’odeur inattendu d’un plat sénégalais. Je sens l’eau qui me monte à la bouche. Je me lève et je m’habille.
Je salue la compagnie : "bonjour !"

Au loin, du monde se dirige vers le château.
Nous les rejoignons.


Type de document : chants des petits griots

Auteur fictif : Miss Tigri

Auteur réel : Fatou

Provenance du texte : Mission Possible

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

violence et amour

Rubrique " Paroles de Citoyens"

Le théâtre permet de dire avec les mots de quelqu'un d'autre sa propre colère.

Après, c'est comme si la colère devenait un objet plutôt beau, parce qu'il est mis en scène, parce qu'il est travaillé, parce qu'il est écrit.

Un objet qu'on peut regarder et qui est sorti de soi.

C'est moi. Et c'est là.

L'amour pareil.

Je vois des gens qui sont tellement débordants de violence et d'amour en même temps, qu'ils n'arrivent plus à faire la différence.

Et là, tout à coup, il y a Shakespeare.

Ils sont très très étonnés de retrouver dans Shakespeare tout cet amour et toute cette violence. Très étonnés d'être touchés. Très étonnés qu'on puisse dire tout ça avec les mots de Shakespeare.

Marcelle au Repas de quartier du 14 juin 2005
1er arrondissement


Type de document : XIU : journal officiel

Auteur fictif : Le Journaliste

Auteur réel : Marcelle

Provenance du texte : Printemps de la Démocratie

Commentaires : 1

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.