le bal

J'arrive pas loin du bal.
Je quitte la rue Gaston Tissandier
après être passé par la rue Charles Lauth
et la rue Gaston Darboux.
J'arrive sur le Square Charles Hermite
où il y a un bal.

          Il est cinq heures
          Paris s'éveille
          Paris s'éveille


Il y a des enfants qui dansent
en faisant la ronde.
Ils sont mignons.
Ils sautillent.
J'arrive.
J'arrive dans la foule.

          Les travestis vont se raser
          Les strip-teaseuses sont rhabillées


Dans l'animation.

           Les traversins sont écrasés
          Les amoureux sont fatigués


Petite pause.

          Il est cinq heures
          Paris s'éveille


Je vais aller attacher mon vélo.

          Les banlieusards sont dans les gares
          A la Villette on tranche le lard
          Paris by night, regagne les cars


Il y a des gens qui se roulent des pétards
dans le coin du square.
Il y a une demoiselle qui pose comme une pin-up
sur une table de ping-pong en béton.
Il y a une maman qui allume sa cigarette
tout en tenant une canette de coca.

          la Tour Eiffel a froid aux pieds
          L'Arc de Triomphe est ranimé


J'attache mon vélo
avec mon antivol Piton.

          Paris s'éveille

C'est un vieux flash-back dans mon passé
ce quartier.
On est à la hauteur d'Aubervilliers.
Y'a un baby-foot.

          Il est cinq heures
          Je n'ai pas sommeil


Je vais prendre un petit Perrier.
Ça va me faire du bien.
J'ai la gorge sèche.


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Griotin

Auteur réel : Rémy Romeder

Provenance du texte : Printemps de la Démocratie

Référence : Il est cinq heures, Dutronc

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

un après-midi à la BPI

Une après-midi à la BPI (Bibliothèque BeauBourg) (triple b). Entrée par la rue du Renard.

Miracle et jubilation - tous les livres à portée de main - tactiles – si près de moi, toi, soi - espace libre - foison de connaissance - fusion - on se croirait dans "les ailes du désir" - les anges sont sans doute tout autour de nous, vous, elles. Et le vieux chantre haletant, parti à la recherche de Potsdamer Platz, où marche-t-il ? Dans quelle allée ? Et toi Loula, es-tu là ? "Als das Kind Kind war, wußte es nicht, daß es Kind war", alors l’enfant était enfant et ne savait pas qu’elle était enfant.

Trouver une place près de la baie vitrée : vue sur le parvis et sur le Beaubourg frime café (XIU repère : il faut toujours garder un œil sur ses ennemis).

Bibliothèque-lumière où l’on regarde l’extérieur. Lever les yeux pour penser : voir une voiture, la foule noire, fluo, verte : réfléchir dehors et pas dedans …


Type de document : streetchroniques

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.