vous me proposez

Vous me proposez de ralentir le temps, de vous rejoindre à Kiméria, dans votre domaine de Toscane, et d’y vivre une vie entière à vos côtés, en un seul voyage, dans le simple cillement d’un intervalle de réalité.

Mais, cher Dottore, mon ami, que nous resterait-il à vivre ensuite, dans nos prochains séjours ? Faudrait-il atteindre la fin? De nous, de vous, de moi.

Je le sais, les journées s’égrèneraient alors comme les vagues de la Méditerranée, éternellement semblables et différentes, douces et épicées. Goût salé du plaisir tranquille.

Dites-moi où je trouverais - après - la force de revenir au Monde, à mon siècle, à ma vie, à ma fille, à ce combat que je mène pour défendre la liberté d’exister en toute conscience dans les 3 Espaces.

Ne finirais-je pas par céder à la tentation kimérienne et à migrer ? Devenant moi-même un rêve, un récit, brisant le temps cyclique (un jour, un autre, le même) que je crée lors de mes voyages, m’aliénant aux rythmes de cet ailleurs onirique - si volatiles, si curieux, véritables sirènes - et provoquant une longue absence, aussi longue que la vie elle-même. Ce serait une désertion.

Votre temps naturel s’articule en réseau. Vous utilisez des points de jonction pour vous déplacer entre les époques et les espaces. Vous n’êtes pas soumis aux mêmes risques que moi. Vous m’apprendrez, dites-vous. Mais je n’ai jamais entendu, dans aucune rumeur, que quiconque l’eût appris. Le temps réticulaire est une aptitude, pas une initiation.

Au Dottore Pi


Type de document : correspondances

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : 1

sortants

> changer les liens

je crois au

Je crois au respect de soi et de l'autre, au bien commun, au service, à la perpétuelle transformation, au bonheur d’être mère, d’être fille et d’être compagne. Je crois aussi à la nécessité impérieuse d’ensolitude contemplative et d’ensolitude créative. Pour moi, la liberté et la satisfaction absolues seraient de vivre simultanément toutes ces qualités.

En d'autres temps peut-être. D'autres espaces. Qui sait, une autre vie.

Pour aujourd'hui, je suis Capitaine et je cherche le Gardien.
Pour aujourd'hui, je suis Capitaine et j'ai des cours, des DJ's, des potlatchs.

"Moi si j'étais un homme, je serais Capitaine". C'est une chanson...
Vous ne pouvez pas la connaître.

Parfois je la chante pour me souvenir que j'ai choisi ce destin. Parfois. Quand l'envie me prend d'emporter ma fille dans un vortex pour venir me réfugier en Kiméria loin du temps et de la réalité.

Mais, si mes "ancêtres" [vous le savez, la notion d'ancêtres est "insensée" chez les cimmériens, nous sommes notre propre ancêtre] ont quitté la Terre des Rêves pour s'incarner, ce n'est pas pour que je fasse le chemin inverse et que je retourne me fondre dans l'onirique pour l'éternité.

Au Dottore Pi


Type de document : correspondances

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : 1

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.