faut-il le finir?

Ce livre [le bréviaire méditérranéen], faut-il le finir ?

Il suffit d’être en train de le lire. Il est comme la vie, il se lit. Il se savoure, se délecte, se déroule. Sa cadence est lente.

Méditerranéenne.

Générée par cette patience toute orientale qui sait pertinemment que le temps finit toujours par offrir la capitulation convoitée et nécessaire.

Certain de son avantage, fort, érudit, stable, protecteur, matvejevitch pierre, énumère, cite, repère, dresse des listes, sauve des patronymes, rend hommage aux philosophes et aux cartographes, aux îles et aux ports, aux estuaires et aux portulans, aux golfes et aux espars, aux marins et aux explorateurs, "leurs voyages furent difficiles, nombre d'entre eux méritent que nous mentionnions au moins leurs noms", litanie commémorative qui emporte la lecture aussi régulièrement que les vagues et qui engourdit l’esprit aussi sûrement que le soleil.

Un bréviaire de la mer du Nord eût imposé d’autres scansions.


Type de document : DJ's classes : études comparées

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

Neverland

I have a place where dreams are born,
And time is never planned
It's not on any chart,
You must find it with your heart,
Never Neverland
It might be miles beyond the moon
Or right there where you stand
Just keep an open mind,
And then suddenly you'll find,
Never Neverland.

Je sais un lieu où naissent les rêves
Et où le temps n'a pas de plan
Qui, ignoré de toutes les cartes,
A pris ton cœur pour Portulan,
Le Sans Pays Imaginaire.
Il est peut-être dans les cieux
Il est peut-être sous tes yeux
Et si tu ouvres tes pensées
En un instant tu peux trouver
Le Sans Pays Imaginaire.

L'origine de tous les contes selon Sir James Matthew Barrie


Type de document : DJ's classes : études comparées

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : 1

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.