rousse

Rousse.

Les cheveux roux, comme une toile d'Epeir diadème, quand je traverse.

Le visage anguleux et volontaire, me dit-on.

Rousse.

Enfant, déjà. Quand je conduisais le Train aux Etoiles. Depuis combien de temps n'ai-je plongé dans ce souvenir ? Le Train aux Etoiles. Il a fallu que cet enfant inquiet et exigeant, ce petit Griot, me le rappelle. Le Train aux Etoiles.

"Prochain arrêt, la Lune. Prenez garde aux fusées à votre descente sur le quai."

Ainsi, je ne rêvais pas. Je voyageais... Rousse avec des couettes.

Rousse. Une coquetterie de Capitaine...


Type de document : carnets du jeu

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : CL

Référence : La Maison de Poupées, C. Lipsyc et M-E. Mehrenberger

Commentaires : 1

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

en mémoire

- Je crois qu'écrire est mon unique souvenir. Mais toi, Loula, même perdue dans cet espace si froid, d'avant ou d'après le monde, dans cet espace de formes et de modèles, tu te souviens. Les chantres ne peuvent pas oublier. Ils ont de la mémoire.

- Non. Ils sont la mémoire. Comme la vie est le corps ou l'esprit ou le vent ou les grains de sucre éparpillés autour d'une tasse de café, traces du mouvement de la main, de la souche, de la parole qui saigne au-dessus d'un papier à cigarette sur lequel quelques mots d'adieu ont été écrits. Et si je suis la mémoire, Capitaine, comment pourrais-je l'avoir ? Je suis en mémoire comme d'autres sont en vie. Comme tu es en oubli.


Type de document : minutes des mémoires absolues

Auteur fictif : Les Greffiers

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.