Loula chez le Roi

Loula se rend devant le château du Roi des fous.
Elle demande aux gardes : « Puis-je voir le Roi, s’il vous plait ? »
Les gardes hésitent car ils ne la connaissent pas.

L'un d’entre eux se met à rire : « Ha ha ha! Une petite fille comme toi, aller voir le Roi ! »

Elle s’agenouille et distrait les gardes en leur racontant des bêtises. Les gardes sont convaincus et ils la laissent passer.

Arrivée dans le château, elle frappe à la porte et entre doucement, à pas de velours.
Puis, elle voit le Roi et elle lui dit : « Oh ! Ma chère Majesté ! J’ai une requête à vous présenter. »

Le Roi la regarda d’un air bizarre. Puis, la petite s’agenouilla de nouveau et dit :
« Oh ! Roi, donnez-moi le droit de dormir à la Cour des Miracles ! »
« Tu sais bien que ce n’est pas autorisé pour les petites filles comme toi. Il faut être fou, ou voleur, ou poète ou saltimbanque pour dormir à la Cour des Miracles.»
« Ne vous inquiétez pas, il n’y a pas de danger pour moi. J’ai déjà de l’expérience. »
« Quel genre d’expérience ?»
« Effectivement, j’ai de l’expérience dans les histoires.»
« Mais laquelle très exactement ?»

Alors Loula raconte une petite histoire et le Roi est convaincu et il l’autorise à dormir à la Cour.

Loula sort du château aussi vite qu’elle peut.


Type de document : chants des petits griots

Auteur fictif : Miss Tigri

Auteur réel : Fatou

Provenance du texte : Mission Possible

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

intense discipline

Je ne lis pas.
Je suis libre.

Je ne suis pas condamnée
A absorber
Les publicités, les étiquettes,
Les slogans, les lettres
Qui traînent
Sur les murs, les objets, les bus, le métro.

Je ne déchiffre ni les mots ni les images.

J'ai habitué mon regard à
Ne pas reconstituer
La troisième dimension
A partir du plat.
Intense discipline.


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Loula-Ludivine

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.