ma calligraphie

Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à me reconnaître dans ma calligraphie ?
Pourquoi n’est-elle pas esthétique et harmonieuse, fine et envolée ?

J’ai un fantasme de calligraphie comme j’ai un fantasme physique ou moral.

Toutefois : au contraire de mon corps ou de mes pulsions, je ne cherche pas à contraindre ou à discipliner ma "scription". Je la laisse se tracer à sa guise, impuissante, comme soumise à l’urgence de cette plume qui ne retranscrira jamais assez vite tous ces mots que j’entends.


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : 1

sortants

> changer les liens

au-déjà

Madame Duras, je l'aime parce qu'elle ose.
Elle connaît le point intime du langage et de l'écriture.
Celui où la voix rejoint l'encre.
Où l'équilibre se négocie entre transgression et dislocation.
Où le sens culmine et perdure.
Où toutes les perspectives se retrouvent pour éclore en un possible.
Singulier et multiple. Infini.
Babel territoire.
Virtuel absolu.
En une proposition, un syntagme, un mot composé.

"Au-déjà de la forêt, dit-elle."

Non : au-déjà du mot.


Type de document : streetchroniques

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.