no rose

La nuit du 15 juillet, 3 ans après, Ludivine fit un rêve. Elle volait, planait, flottait, dénivelait remontait. C’était un bon rêve. Comme toutes les nuits, il était là. Les boucles claires, la peau légère, toutes pommettes dehors, le sourire immensément immense, les yeux ciel. Compagnon des vents. Elle croquait son nom au coin de ses lèvres sans pouvoir le prononcer : Peter Pan ou Petit Prince ? Petit Prince ou Peter Pan ? Ou Petit Pierre ? Et elle : elle était qui ? Le renard ou wendy ? Pourquoi ne se demandait-elle pas si elle était la rose ? Elle aurait pu se prendre pour la rose, non ? Non. She was no miss stick-à-lèvres rose, no Barbie, no Ophelia, no Ondine, no Emma. She was who she was – lalala lalala lala. She was no satin rose. No Juliette, no O’hara, no Béatrice, no Mathilda. No Mary no Claudia. Sure she was no rose – lalala lala –

Ils survolaient des champs de blés, tous les deux - elle et lui - près de la ville. Et elle pensait : "même si je dois le perdre, même s'il doit s'en aller, il me restera toujours la couleur des champs de blé ...". C’était bien stupide. C’était la chose la plus stupide qu’elle eût jamais pensée. D’ailleurs, c'était pas elle qui l’avait pensée. C’était le renard. enfin pas vraiment le renard. C’était Saint-Exupéry et au lieu de la dire lui même, il l’avait faite dire au renard."Très stupide ! Mais que c'est stupide ! Qu'est-ce qu'on en a à faire des souvenirs ?". Du coup non, elle a plus du tout envie d’être le renard."Après tout, vaut encore mieux être la rose, même si elle est sous cloche, enquiquineuse et poseuse. Au moins, elle, elle récupère son blondinet tandis que le renard, lui, il ne lui reste plus qu'à bouffer du blé. Bof, d'un autre côté, je sais pas. Je suis pas sûre. Parce que, quand il revient, le môme, il est crevé. L'andouille ! Il s'est fait mordre par un serpent ! De son plein gré! Et on ...

Pas une nuit ne s’était passée, depuis 1976, sans qu’elle n’eût rêvé de son P’tit Gars. Elle avait l’impression qu’il ne l’avait pas quittée. Pourtant, il était bel et bien parti sans même lui dire au revoir. C’est cruel de pas dire au revoir. Très cruel. Trop. Il faut toujours refermer ce qu’on a ouvert. Les portes, les yeux, les querelles, les jeux. En plus, elle était pas venue le chercher, c’était lui qui l’avait attendue sur le quai. A moins que si. A moins que cette nuit-là, en juin 1976, quand elle était sortie pour voir la nuit, quand tout le monde dormait, c’était lui et seulement lui qu’elle cherchait. "Est-ce que je suis amoureuse de lui ?" Elle se pose la question pour la première fois. Elle a 10 ans. Peut-être parce que, dans son rêve, la nuit passée, il lui a donné un baiser. Elle se sent un peu bizarre. Elle a le ventre qui pique. Le Petit Prince avait-il aussi le ventre qui piquait quand il a demandé au serpent de l’aider à partir ? "C’est fou cette histoire. C’est vraiment très triste. Et dire qu’on ...

…voudrait nous faire croire qu'il est pas mort ! A d'autres ! ... Moi, je comprends pas qu’il ait fait tout ce long voyage pour finir par se suicider. Je vois pas l’intérêt". Finalement, tout bien considéré, elle préfère laisser tomber cette comparaison avec le Petit Prince, sa faune et sa flore. Elle s’est perdue dans une flopée de pensées qui ne servent à rien. Tout ce qu’elle veut – elle - c’est revoir son P’tit Gars et rire un bon coup. On lui a dit qu’il existait pas. Elle les croit pas. C’est que des bêtises ! Eux i’savent rien ! I’comprennent rien ! Elle sait - elle - qu’il existe son P’tit Gars, sinon pourquoi est-ce qu’il lui manquerait autant ? Est-ce qu’on souffre d’avoir perdu une hallucination ? Un compagnon imaginaire ? Non ! Donc, forcément, il est réel ! Et les autres, "et ben les autres, c’est qu’des passants, et les passants comme dit Zazie c’est tous des cons. Non c’est pas Zazie qui dit ça, c’est son oncle, le danseur travesti. Non c’est le chauffeur de taxi".


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Griot Farceur

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

lois du réseau 1 à 4

Si on admet que :
La cause de l’acte créatif présent se trouve dans la génération d’une connexion à venir ?

Cela implique-t-il que :

L’ "idée" de la globalité du récit variable [réseau] existe — permanente — et qu’elle dicte sa révélation dans l’acte de construction / composition ?

C’est une possibilité.

La plupart des street DJ's choisissent néanmoins de croire – acte d’engagement – qu’aucun document n’existe avant d’être composé : en d’autres circonstances, il pourrait être différent.

Cela implique toutefois les lois de réseau suivantes :

Loi de réseau n°1 :
Dans la composition particulière présente est intégrée la globalité du réseau inachevé en construction (fractalité).

Loi qui a pour corollaire la loi de réseau n°2 :
Au fur et à mesure que se construit le réseau, il évolue dans sa globalité à venir.

Car loi de réseau n°3 :
C’est par mon choix présent que je décide de la globalité spatiale et réticulaire future.

Et pourtant, loi de réseau n°4 :
L’agencement à venir du réseau inachevé conditionne sa construction et mon acte créatif présent.


Type de document : DJ's classes : les réseaux

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.