au-déjà

Madame Duras, je l'aime parce qu'elle ose.
Elle connaît le point intime du langage et de l'écriture.
Celui où la voix rejoint l'encre.
Où l'équilibre se négocie entre transgression et dislocation.
Où le sens culmine et perdure.
Où toutes les perspectives se retrouvent pour éclore en un possible.
Singulier et multiple. Infini.
Babel territoire.
Virtuel absolu.
En une proposition, un syntagme, un mot composé.

"Au-déjà de la forêt, dit-elle."

Non : au-déjà du mot.


Type de document : streetchroniques

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

coupe-papier

Combien longtemps j’ai patienté avant de saisir ce coupe-papier – qui attendait là, à portée de main, à sa place, rangé – et d’ouvrir - sonores - les pages de ce livre ("l’eau et les songes" de Bachelard) que je crois posséder depuis près de dix-sept ans, reflet d’une lecture et d’une pensée qui attendent, patientes - que ma lente rébellion contre le "savoir" s’amuse et s'use. Mais je ne lirai pas ce livre, non. Je ne sais toujours pas lire ... je le rêverai…


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.