comment ce jour-là

Comment ce jour-là ont-ils eu | l’envie | l’idée | le besoin ?

Elle n’a pas compris cet arrêt
Oubli total du quotidien, d’elle-même, de tout
Frôlement du plus infime et dévoilé
Entente pressentie depuis leur premier regard
Sur le quai par sa mémoire absorbée.

Oui, cela s’est passé
En-dehors du soleil

Oui, c’était au bord
De la Seine

Qu’est-ce que ça
Change ?

L’homme s’appelle
Pierre
Et la femme
Ludivine.


Type de document : vers

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Référence : Les derniers vers sont remixés ... mais d'où ? oubli

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

numérique et baroque

Le numérique s’apparente à l’eau car, comme l’élément liquide, il est "ailleurs", dérive, menace de noyade et d’immersion, il est aussi "passage" vers d’autres rives ou possibilités de communication. Il porte ainsi la dualité bénéfique/néfaste constitutive, selon Monsieur Bachelard, de la "matière poétique" (joies et peines).

Je considère et traite également le baroque comme une matière poétique dans son ambivalence entre la touchante irrégularité et l’insensée bizarrerie, dans son oscillement entre songe et réalité.

Numérique et baroque hantent mes références imaginaires et – curieusement –se rejoignent.


Type de document : DJ's classes : récits variables

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.