fontaine Beaubourg

Oui, oui, oui ! J’adore la fontaine de Beaubourg !

D’abord à cause des bouches d’aération version terres-neuves (elles me font penser à Anita Conti, superbe poète et photographe de l’anodin-pêcheur, Anita qui disait : "la vie te donne ce que tu lui arraches") .

Et puis j’aime les bateaux ! Les bateaux-fiction, pas les vrais, ceux qu’on écrit ou qu’on dessine, pas ceux qui voguent et qui s’en vont – e la nave va.

Ensuite, à cause des couleurs et puis aussi à cause des mobiles futiles: des lèvres rouges, un pédalo-escargot, une spirale esclave, une clé de sol pour fausses notes, un serpent qui fait pas peur, un alambic trictric, une tête de mort sur squelette noir et plein d’autres choses encore très rigolotes mais que je n’arrive pas à relire : j’ai vraiment écrit comme un pied ce mardi d’octobre où je me suis promenée autour de Beaubourg ... Il faudra que j’y retourne ... et puis non ! Voilà ! C’est comme ça ! Vous n’avez qu’à prendre ma fontaine avec ses erreurs de transcription dues à mon écriture de cochon ! Après tout, ici c’est Paris-fiction ! Pas le vrai Paris…


Type de document : chroniques de Kiméria

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

Les chroniques des 3 Espaces

Les chroniques sont des articles destinés à être édités sur Internet ou sur tout autre média.

Les Chroniques peuvent être écrites ou composées par tous les personnages sauf par les Greffiers, par le Chœur et par les Griots.

Chroniques d’Erel ou streetKroniks
Evénements, vie quotidienne et vie culturelle d’Erel et en particulier de Paris. Tous les petits riens et l'anodin. Les informations pratiques aussi.

Chroniques de Kiméria
Evenements, contes et légendes qui se déroulent en Kiméria

Chroniques de Numer
Evenements, contes et légendes de Numer, en tenant compte que les notions de temps, d’espace et d’événements sont paradoxales dans Numer…

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.