tu portes ta peau

La transparente : tu portes ta peau comme un masque qui protégerait ta béance dans une sincérité absolue. Moi, je ne sais pas me camoufler. Je préfère habiter le néant.

La dermographe : ma peau ne cache rien, elle imprime, elle exprime. Elle rapporte. Ma peau me trahit.


Type de document : minutes des mémoires absolues

Auteur fictif : Les Greffiers

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : 1

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

mes premiers bréviaires

Mes premiers bréviaires ont été les grammaires et syntaxes de la langue castillane, inlassablement je les compilais, incrédule devant le plaisir qu’elles me procuraient. Puis, je me suis passionnée pour les guides touristiques du chili, région par région, du désert nordique aux glaces australes que l’on nomme terre de feu sans doute parce que le sud ne peut pas être assimilé au froid, c’est impossible. Ces ouvrages ayant pour unique objectif de me rapprocher du premier poète qui m’eût émue à chair et à sang - à vif - allez savoir pourquoi. Sans doute parce qu’il était le chantre de l’élémentaire, de l’artichaut et de l’amour, de l’automobile et de l’incandescence, du travailleur et des îles noires. Il a construit son œuvre comme un bréviaire du vécu.


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.