lois du réseau 1 à 4

Si on admet que :
La cause de l’acte créatif présent se trouve dans la génération d’une connexion à venir ?

Cela implique-t-il que :

L’ "idée" de la globalité du récit variable [réseau] existe — permanente — et qu’elle dicte sa révélation dans l’acte de construction / composition ?

C’est une possibilité.

La plupart des street DJ's choisissent néanmoins de croire – acte d’engagement – qu’aucun document n’existe avant d’être composé : en d’autres circonstances, il pourrait être différent.

Cela implique toutefois les lois de réseau suivantes :

Loi de réseau n°1 :
Dans la composition particulière présente est intégrée la globalité du réseau inachevé en construction (fractalité).

Loi qui a pour corollaire la loi de réseau n°2 :
Au fur et à mesure que se construit le réseau, il évolue dans sa globalité à venir.

Car loi de réseau n°3 :
C’est par mon choix présent que je décide de la globalité spatiale et réticulaire future.

Et pourtant, loi de réseau n°4 :
L’agencement à venir du réseau inachevé conditionne sa construction et mon acte créatif présent.


Type de document : DJ's classes : les réseaux

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

tu aimes les océans

Tu aimes les océans et les mers.
Oceano-mare.
Moi j'oublie qu'ils existent.

Né en mars, tu es un enfant de l'automne. Tu en as les couleurs.
Née en avril, je suis une enfant du printemps. J'en ai les élans.

Fils de l'automne et de l'océan.
Fille du printemps et des villes.

Pourquoi es-tu revenu ?

Il fallait rester dans ce délicieux oubli.
Me laisser te terrer dans ces songes qui n'étaient déjà plus des retenues.
Devrai-je te renvoyer dans l'irréel pour retrouver la paix ? Pour continuer mes voyages et mes solitudes…


Type de document : vers

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.