karma inversé

Les événements de mon présent et de mon passé ne sont pas forcément la cause de mon futur.

Ils en sont souvent - ou peut-être et parfois mais pas toujours - le nécessaire préalable : ils doivent avoir lieu pour que le futur soit.

Karma inversé.

Par exemple : si Frida n’avait pas refusé que Hayim Alter, son père, fit un prêt à Abraham, (frère de Frida et père de mon père) sous prétexte que la famille d’Esther (femme d’Abraham et mère de mon père) était assez riche pour aider le jeune couple à financer sa propre affaire, Abraham n’aurait pas quitté la Province Autonome de Cimmérie, ses enfants n’auraient pas échappé à la déportation, mon père n’aurait pas connu ma mère et je ne serais pas née, mes frères et mes sœurs non plus ainsi que ma fille, mes neveux, mes nièces et toute notre descendance.

Ainsi, la cause du présent n'est pas toujours le passé, mais parfois l’avenir.


Type de document : DJ's classes : classes générales

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

fais-moi la lecture

"FAIS-moi la lecture"

ET elle aimait qu’il ne lui réponde pas : "APPRENDS à lire".
Non il lisait, sortait des livres incongrus du fond de ses poches [des volumes].
"JE N'AI PAS DE livres, je n'ai que des volumes".

Et il aimait qu’elle ne lui réponde pas : "les volumes viennent en série".

Il n’avait pas eu besoin d’expliquer : "un volume se palpe à l'aveuglette, tu le déchiffres
Avec ton flair.
Tes mains
Ta peau
Les yeux et leur petite vision ne viennent que confirmer ce que tu as déjà senti avec ton CORPS".

De toutes les façons, il ne l’expliquait jamais : ceux qui savaient n’avaient pas besoin qu’il le leur dise et les autres n’auraient pas compris.


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Le Troubadour

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.