chaleur intense

8 juin 1976
chaleur intense
d’été
au petit matin

Elle dort sur le quai.

Elle porte un pyjama avec des nounours roses et bleus.
Elle est pieds nus.
Ses cheveux sont longs, sombres, bouclés.
Elle ronfle.
Elle tient la corde du Grand Io serrée entre ses mains.

Elle n’est pas comme moi.
Moi, en Kiméria, je ne dors pas.


Type de document : journaux de bord

Auteur fictif : P'tit Gars

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : CL

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

Récit Variable et Topos

L’ensemble des textes d'un récit variable forme une base de données - un réservoir de textes - qui est agencée en de multiples niveaux de liens. Cette base de données peut être comparée à un espace qui possède une topographie, une architecture, une identité et des règles : un Topos (du grec topos : région, lieu).

Un Topos est semblable à une ville : il a ses quartiers, ses voies de circulation et de liaison. Comme une ville il peut grandir. Et, comme dans une ville, chacun y circule, y vit, y communique à sa façon.

Par exemple, connaître Paris, c’est connaître quelques endroits de Paris. Tous les Parisiens connaissent Paris mais aucun d’entre eux ne connaît le même. Pour un Topos, c’est la même chose. Tous les lecteurs d’un Topos le connaissent, mais aucun ne connaît le même.

Mais le Topos, ce n’est pas encore le récit.

Le récit naît quand un lecteur choisit des textes au sein du Topos et quand il les ordonne.

Ainsi, le récit est toujours variable. Il dépend :
- du choix des textes opéré par le lecteur ;
- de l’ordre des textes ;
- des supports d’édition et diffusion (électronique, papier d’imprimante, livre papier, affiche, son, etc.)

Le récit est donc toujours un récit potentiel parmi d’autres, une virtualité. C’est pourquoi c’est un récit variable.


Pour alléger le propos, consultez la version light de ce texte : un topos, c'est comme un frigidaire


Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.