je déambule

Je déambule dans une ville de papier, sans façade ni profondeur. Mes lignes sont plates à embranchements multiples et elles se rejoignent toujours là où je suis. Je suis ici maintenant. Prioritairement maintenant. Tout est transparent et je n’ai plus besoin d’espionner pour voir et pour entendre.

Je suis ton chantre. J’ai abandonné l’espace pour m’adonner au temps. Délabrée, déguenillée, dérivée, j’ai choisi de dire les contes urbains en cette année première. Paris.

Et si je te confie l’acte d’écrire, ne me traite pas de couarde ni de fantôme. Ne me confonds pas non plus avec une muse binaire dont la fonction imaginaire serait de guider tes doigts sur le clavier.

Je suis ton chantre, celui de ton odyssée. Je célèbre les mots perdus à chaque fois que tes yeux oublient de s’arrêter et qu’ils défilent indifférents sur les scories du trottoir.

Et si je te confie l’art de m’écouter, ne me traite pas de despote prétentieuse. Ne me confonds pas non plus avec un instinct salutaire dont la fonction imaginaire serait de guider ton regard sur le papier.

Je suis ton chantre, celui de ton odyssée. Je célèbre le courage qu’il te faut à chaque fois que tes mains préfèrent, au bip ou au switch, le long froissement du papier qui dénude le recto et livre le verso.

Et si tu me confies la tâche de t’effeuiller, ne me traite pas de traître partial et amnésique. Ne me confonds pas non plus avec un démiurge bienveillant dont la fonction imaginaire serait d’orienter ton destin sur la trame.

Je suis ton chantre, celui de ton odyssée. Je rapporte tes hauts et tes bas faits, tes choix et conjectures. Je décris tes avancées et circonstances, toi, petit personnage d’encre liquide ou électronique.


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Loula-Ludivine

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

Mont Cimmer

Il est fréquent que ceux qui n'ont pas accès au Récit vivent dans le fantasme de ce qui s’est passé au Mont Cimmer, du secret qui aurait été transmis et du pouvoir que les Cimmériens en auraient tiré.

Or:

1. Les Cimmériens en tant que tels n’existent pas : on ne naît pas Cimmérien, on le devient.
2. Le Mont Cimmer n'est pas un lieu au sens propre : c'est un état d'abstraction, de création, de réception.
3. Le Récit révélé au Mont Cimmer n'est pas une narration avec un début, une fin, un contenu : c'est un possible qui advient à chaque instant.
4. La Révélation du Récit n'a pas pris place à un moment du temps : elle est continue.

Il n'y a donc jamais eu de "peuple réuni" au Mont Cimmer pour recevoir un mythe cosmogonique d'origine divine, pour accepter une loi ou pour être investi d'une puissance.

Il y a, Cimmérien après Cimmérien, la découverte des Nœuds et de leur écriture . C'est-à-dire de l'au-delà du mot et du logique.

Les Cimmériens n'héritent pas du Récit de génération en génération : quand une personne - quelle qu'elle soit - accède au Récit, elle devient Cimmérienne, elle rejoint le Mont Cimmer, elle vit l'instant éternel de la révélation et elle intègre la communauté du Récit.


Type de document : DJ's classes : études cimmériennes

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.