saveur du Sud

Cette nuit, dans mon rêve, dans un tissu de coton blanc, pas vraiment un torchon, on me donnait des olives noires, petites, fermes, aux formes purement baroques, avec feuilles et rameaux... J'en goûtais une et j'en étais transportée d'extase. Toute la saveur du Sud, de la Méditerranée, de la Toscane. Que j'avais oubliée, reléguée. Une bouffée de nostalgie. Un appel.

Tentez-vous de me ramener à vous, mon ami ? Est-ce vous qui infiltrez mes rêves ? Je ne viendrai pas. Pas encore. J'ai besoin d'un peu de temps. Vous le savez, les Cimmériens aiment le temps qui passe. Ils résistent à l'envie de l'arrêter sans cesse. Ils ont besoin de traverser. Sans trêve. Toujours plus loin. Pour recommencer sans cesse. Recommencer toujours.

Au Dottore Pi


Type de document : correspondances

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

Les DJ's

Les DJ's (ou Dream Jockeys) sont des membres de streetForce. La plupart des DJ's sont des Nomades mais pas tous.

StreetForce considère que tout le monde peut développer le Don du Voyage, qu’il suffit de sentir l’appel et de s’entraîner avec persévérance. Ainsi, les DJ's qui voyagent par Vortex sont toujours en phase d’apprentissage.

Il faut tout au plus une douzaine d’années à un DJ pour développer son don du Voyage.

Il existe trois classes de DJ's :

Les Aspirants DJ's
Les Aspirants ont été appelés au Voyage et veulent devenir DJ pour lutter contre le XIU ; ils apprennent le voyage et l’art du combat (Potlatch).

Les DJ's
Les DJ's sont des combattants actifs. Ils explorent les 3 Espaces, sécurisent les vortex et protègent les territoires libres.

Les Instructeurs
Les instructeurs sont des DJ's confirmés et des combattants actifs. Ils dispensent et écrivent les DJ's classes, les cours à destination des Aspirants DJ's. Ils occupent des responsabilités au sein de streetForce et/ou dirigent des unités d’action.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.