hier je citais

Hier
Je citais les rues
Le long de mes songes et randonnées


Je les invente
Quand je les nomme
Quand je les pense

Ai-je gagné,
Ai-je perdu ?

De ce jeu où –
Dans l’irréel je vivais,
Tremblante et poussiéreuse
Et par le réel je succombe –
Qu’ai-je emporté
Si ce n’est moi-même ?

Ici
Aux carrefours des trajectoires
Je suis si seule

Qui peut entendre un chantre numérisé e
Qui peut l’atteindre ?

Cet infini glisse
Comme mille dunes
Comme tant d’eau

Et je ne flotte ni ne disparais

En ma poitrine
Les hallalis bruissent
Acérés
Etouffés

Qui
Ecoutera le chantre
Par ses chimères exilé ?

Qui
Saura
La consoler ?

Rendre son âme
A son récit inachevé.


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Loula-Ludivine

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : 1

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

goût à rien

Je n'ai plus goût à rien, vois-tu.
À rien.
Ô, je vis. J'enchaîne les actes.
Du matin au soir. Et le matin encore.
Mais la saveur, l'intensité, la foi ont disparu.
Je n'attends plus. J'agis. Je me souviens.
Étais-je plus heureuse quand
Striée de douleur
Je me suis dissoute ?
Pourquoi m'avez-vous ramenée ?
Pourquoi me suis-je réincarnée ?


Type de document : chants des griots

Auteur fictif : Loula-Ludivine

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.