perdu

Beau, si beau.
La sensibilité de Michel Jonasz
Avec le visage de Michel Berger.

Perdu
Au fond de cet espace où
Tous les espaces appellent à l'agonie
A force d'espoirs crevés.

Je voudrais lui parler, lui dire, l'approcher.
Mais je ne peux rien.

Je pense à Loula
Qui déambulait
Entre deux mots hallucinés que personne
N'écoutait.

Et j'ai de la peine.


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

Le Chœur et le Petit Chœur

Le Chœur appartient au récit et non pas aux 3 Espaces. C’est depuis le récit qu’ils ont accès aux personnages. Le Chœur est peut-être constitué des voix vivantes des Mémoires Absolues

Voix I & Voix II : deux femmes qui parlent entre elles des personnages principaux, de leurs états d’être, de leurs faits annexes. Il leur arrive de s’adresser directement aux personnages, en particulier à Loula et au Capitaine.
Ces deux Voix sont empruntées (remixées) à India Song où Marguerite Duras développe le principe des voix externes au récit.

Le Coryphée : il dirige le chœur et fait des monologues

Le Chœur : polyphonie de voix qui racontent les personnages

Le Petit Chœur : chœur d’enfant, ensemble de voix.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.