au-déjà

Madame Duras, je l'aime parce qu'elle ose.
Elle connaît le point intime du langage et de l'écriture.
Celui où la voix rejoint l'encre.
Où l'équilibre se négocie entre transgression et dislocation.
Où le sens culmine et perdure.
Où toutes les perspectives se retrouvent pour éclore en un possible.
Singulier et multiple. Infini.
Babel territoire.
Virtuel absolu.
En une proposition, un syntagme, un mot composé.

"Au-déjà de la forêt, dit-elle."

Non : au-déjà du mot.


Type de document : streetchroniques

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

ma bague

Ma bague, achetée aux puces de St Ouen, représente trois rangées d'yeux.

Je la porte car elle me rappelle que le Récit est composé de tous les Récits. Qu'il les traverse et qu'il en résulte. Que, pour chacun, le Récit est absolu et que, pour tous, il est relatif. J'y trouve ma force et mon courage. Mon intention et mon attention.

Quel lien existe-til entre les yeux et le Récit ?

œil - Eye - "I" - Je suis - Un récit.
Yeux - Eyes - "I"s. Plusieurs "Je suis" - Plusieurs "Un récit".
Et, si plusieurs "un récit" ne sont pas l’équivalent de plusieurs récits, en revanche, ensemble, ils forment un Récit. Variable.


Type de document : DJ's classes : études cimmériennes

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.