tintinnabule

Loula : Capitaine.

Capitaine : comment m'as-tu trouvée ?

Loula : je ne t'ai pas trouvée, je suis là où j'étais.

Capitaine : à l'épicentre.

Loula : oui.

Capitaine : au point d'éruption, à l'impact.

Loula : tu l'avais enfoui si loin pourtant.

Capitaine : si bien.

Loula : il n'était plus qu'un mythe, une légende, une chimère.

Capitaine : n'est-ce pas.

Loula : il tintinnabulait entre les voyelles de ces vocables magiques...

Capitaine : Chiloe, Llovizna, Neruda, Santiago, Tveria, Ir Chalom, peut-être.

Loula : il n'existait plus.

Capitaine : était parmi mes disparus.

Loula : a ressuscité.

Capitaine : non.

Loula : non ?

Capitaine : il est image. Pixels sur un écran.

Loula : mot.

Capitaine : emails denses, innatendus.

Loula : et la joie ?

Capitaine : il n'y a pas de joie, il y a l'illusion.

Loula : la technologie.

Capitaine : une prothèse, un écart, une distance.

Loula : patience.

Capitaine : le plus terrible c'est que je ne le connais pas.

Loula : plus.

Capitaine : comme si je ne l'avais jamais connu.

Loula : il existe pourtant.

Capitaine : mais lui, celui qui existe là où je ne le rêve pas, qui est-il ?


Type de document : minutes des mémoires absolues

Auteur fictif : Les Greffiers

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

neruda politique

Je ne m’intéresse pas au Neruda politique.

Et je n’ai pas de grandes idées sur "comment lire et comprendre un poète".

Je suis auteure, artisane, coupeuse / copieuse / colleuse de mots (DJ).

Le Neruda communiste, le Neruda d’Allende, celui de la guerre civile m'indiffère et m’ennuie.

Je l’ignore, je le refoule, je le nie …

Seuls me concernent et me touchent les "Neruda" anodins et mythiques, amoureux et élémentaires.


Type de document : DJ's classes : études comparées

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.