il est deux heures

voix II : il est deux heures du matin

voix I : à la lueur d’une flamme
voix II : dans des fumées de cèdre
voix I : le Capitaine calque les derniers graphes de son odyssée
voix II : les premiers

voix I : il est deux heures

voix II : dans un abysse numérique
voix I : océane
voix II : Loula retrouve sa voix
voix I : et se questionne

voix II : il est deux heures, déjà demain

voix I : Pierre rêve près de sa femme
voix II : il revoit Lou sur le quai
voix I : la devine
voix II : se réveille
voix I : allume son ordinateur et dans le lac de l’écran
voix II : distinctement la reconnaît

voix I : il est deux heures et c’est la nuit

voix II : la tête du Capitaine se relâche
voix I : elle respire
voix II : elle songe aux feux qu’elle a domptés
voix I : aux tipis, aux cascades,
voix II : à ses explorations
voix I : elle songe à sa fille,
voix II : à ses sœurs, à son frère, son cousin, son streetshaman
voix I : et elle soupire
voix II : soulagée
voix I : le combat va commencer.


Type de document : chants du chœur

Auteur fictif : Voix I & Voix II

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : 1

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

sociologie de la presse

Avez-vous remarqué qu’il existe une sociologie de la presse des salles d’attente ?

- chez les notaires, des revues de yachting ou de golf : "faites-moi confiance, je suis riche".

- chez les psys, des catalogues d'enchères : " au bout de dix ans d'analyse trihebdomadaire à dépassement d'honoraires non remboursé, vous m'avez déjà aimablement offert un appartement. Avant votre nouvelle séance, je vous en prie, admirez les prochaines œuvres d'art que vous allez m'acheter ! Après tout, nous sommes entre gens cultivés".

- à côté de ça, La Revue des Montres de mon dentiste pourrait ressembler à une preuve d’humilité mais ne vous y trompez pas ! Elle révèle seulement sa jeunesse : la trentaine "Je débute ma carrière. Pour l'instant, je m'intéresse aux montres. Dans quelques milliers de couronnes et d'implants, on passera aux voitures de course" ;

Faut-il préciser que je déteste les dentistes ? Je suis complètement phobique / névrotique / résistik - depuis toujours - depuis la première fois - j’avais 6-7 ans - je ne comprends pas d’où nous vient ce courage d’ouvrir nos lèvres et de nous en remettre à un inconnu.


Type de document : streetchroniques

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.